Il y a quelques jours, un de mes clients m’a offert quelques morceaux de métal qui traînaient au fond de sa cave : entre une poignée de clous du 14ème et une collection de fers à cheval, se trouvait ce que vous voyez sur la photo.

Je dois admettre que le premier truc qui m’est venu à l’esprit, ca a été un truc du genre « whoooo une poignée de coffre de pirate O_o ». Ouais, un souvenir de mon enfance ou, lorsque l’on me demandait quel métier je voulais faire plus tard, j’hésitais toujours à répondre « Pirate, ninja, ou tueur à gage ».

Donc, pour ceux qui veulent réfléchir à l’origine de cet objet, ne lisez pas la suite, parce que j’ai la petite histoire de l’objet en question.

SPOILER :

Le monsieur qui me l’a offert l’a gardé pendant plus de 40 ans dans sa cave, il l’a obtenu (légalement) lorsqu’il avait 16 ans où, pendant ses vacances, il exerçait le joyeux métier de… fossoyeur, et travaillait ce jour-là au déplacement des tombes trop anciennes pour être identifiées.

Hé oui, il s’agit là d’une poignée de cercueil. (C’est déjà un truc insolite à la base.)

Mais mieux, il a pu me donner quelques infos qui m’ont permis de faire des recherches et de trouver une petite histoire que je vous partage.

Cette poignée appartenait donc à un cercueil qui lors de sa découverte, était dans une partie d’un cimetière situé vers Bayonne, qui avait servi entre 1820 et 1840. La pierre tombale était détruite et il a été impossible d’identifier le (la ?) propriétaire de l’objet.

Le détail intéressant, c’est la décoration de cette poignée, très peu banale à cette époque. Les fossoyeurs présents ce jour-là n’en avaient jamais vus, bien que l’un d’entre eux ait passé pratiquement toute sa vie à faire ce métier. C’est pour cela que l’objet a été mis de côté.

Pendant mes recherches, j’ai rapidement exclu la tombe d’un pirate/corsaire (ouais, c’était trop beau…) mais j’ai découvert avec l’aide de fossoyeurs retraités,que ce symbole à l’époque sur les poignées avait une signification particulière.

Ce symbole semble t’il était a l’origine, (avant de devenir une mode pour dés le milieu/fin 19 éme) mis sur les cercueils des personnes mortes à cause d’une maladie contagieuse. Attention à ne pas le confondre avec d’autre symboles proche, comme le crâne avec tibias, ou bien celui au centre d’un triangle

C’est donc après quelques recherches que j’ai découvert que, dans la période où le cercueil a été enterré, il n’y a eu qu’une seule épidémie qui a touché cette région.

Je vous présente donc une poignée de cercueil provenant de celui d’une personne très probablement victime de l’épidémie de choléra de 1832.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *